La majorité de la population mondiale est jeune. En Afrique, parmi le 1,2 milliard d’habitants, plus de 60 % ont moins de 25 ans. Normalement, cette situation constitue un atout considérable. Cependant, la réalité décrit le contraire. Les jeunes deviennent un fardeau pour la société et le pays même. Les causes : la plupart des jeunes sont au chômage et la création d’emplois reste limitée. Face à cette situation, nombreux sont ceux qui estiment que la solution efficace est de promouvoir le secteur de l’agriculture. Ce champ d’activité est encore vaste et l’agriculture constitue d’ailleurs un moteur du développement économique tout en offrant d’immenses possibilités pour les jeunes. Mais comment devenir jeune agriculture ?

L’agriculture, une solution au problème de chômage des jeunes

L’agriculture est un secteur d’activité primaire offrant une belle perspective d’avenir pour les jeunes. Face à la crise de l’emploi des jeunes, l’agriculture semble être une solution efficace au défi de l’emploi. Ce marché est toujours disponible à accueillir des milliers de jeunes. Mais le problème est que le secteur attire moins les cibles. En effet, les jeunes sont très réticents à l’idée de travailler les champs. Les jeunes préfèrent aller en ville, être un bureaucrate. Alors, comment faire pour que l’agriculture soit une réponse à leur problème de chômage ? Il faut sensibiliser et mobiliser les jeunes aux atouts de l’agriculture. Toutes les forces vives à commencer par l’État et les organismes privés doivent accompagner leur sensibilisation par des politiques favorisant l’accès à ce secteur d’activité. Il faut par exemple aider les jeunes à se sentir à l’aise dans son statut d’agriculteur et leur fournir des moyens efficaces pour faciliter leur travail. Parmi les politiques à mettre en œuvre figure la facilitation de l’accès aux crédits, la garantie des prix de vente, la protection des marchés, etc.

Jeune agriculteur : les qualités requises

Il n’est pas toujours facile pour les jeunes d’accepter d’être un agriculteur. Comme évoqués, ces adolescents rêvent dans la plupart des cas de devenir des cadres d’entreprise, des fonctionnaires au sein des différents ministères. Si quelqu’un souhaite ou plutôt décide de devenir agriculteur, certaines étapes doivent être franchises pour que son activité d’agriculteur se démarre normalement et reste productive aux fils des ans. Dans ce cadre, il doit avoir les qualités requises pour devenir agriculteur. Travailler la terre nécessite énormément de courage et de persévérance. En agriculture, il n’y a pas vraiment des vacances et les rythmes de travail sont souvent soutenus. Aussi, les jeunes doivent posséder plusieurs casquettes. En tant que chefs d’exploitation, ils doivent être une personne bien organisée et rigoureuse. Un agriculteur doit être discipliné pour avoir de bons résultats (meilleure production). Ensuite, les jeunes doivent également être un bon gestionnaire. On parle surtout ici de la gestion des calendriers saisonniers, des cultures pratiquées, de la maîtrise des innovations et des nouvelles technologies et surtout de la rentabilité des prix de vente des cultures choisies.

Les formations nécessaires pour devenir jeune agriculteur

Nombre de jeunes se trompent en pensant que l’agriculture est un métier sans noblesse. C’est souvent pour cette raison que la plupart d’entre eux ne souhaitent pas exercer ce travail. Or, cette perception est totalement erronée. L’exploitation agricole nécessite un savoir-faire et des connaissances techniques spécifiques. Tout comme les autres secteurs d’activité, celui de l’agriculteur requiert également des formations. Pour être un bon agriculteur, il faut que les jeunes réussissent leur étude académique pour avoir au moins un Bac professionnel. Il existe une formation adéquate pour ceux qui souhaitent œuvrer dans le secteur de l’agriculture dès leur plus tendre jeunesse. Poursuivre ses études pour obtenir un Bac professionnel CGEA ou Conduite et Gestion de l’Exploitation Agricole ou encore d’un STAV : Bac en Sciences et Technologies de l’Agronomie et du Vivant. Mais les jeunes ne doivent pas s’arrêter au bac, il faut améliorer leurs qualifications professionnelles en adéquation au métier de l’agriculture. Il s’agit de la formation professionnelle continue, elle permet aux jeunes d’améliorer son savoir-faire, de se perfectionner et d’avoir une spécialisation. Il existe deux types de formations pour devenir jeune agriculteur : formations qualifiantes et diplômantes. Appelée formation courte, la formation qualifiante dure de quelques jours jusqu’à 1 an. Les cours sont dispensés par des centres de formation agricole dans le but d’aider les jeunes à s’intégrer dans le métier de l’agriculture. La formation est sanctionnée par des certificats. Quant aux formations diplômantes, elles nécessitent du temps plus ou moins long, entre 7 à 10 moins, et ce, selon le diplôme choisi.